Actu SEO Interviews

Béatrice Payonne : Paroles de SEO

Café référencement poursuit sa série d’interviews de référenceurs inhouse. Aujourd’hui, Béatrice Payonne du Crédit Agricole.


 

Il y a peu de filles dans le petit monde du référencement, et on ne les entend pas souvent. C’est pourquoi je suis ravie aujourd’hui de recevoir sur Café Référencement ma consoeur du SMX Paris, la dynamique Béatrice Payonne, qui a la lourde tâche de gérer le SEO et l’acquisition d’audience pour plus de 200 sites au Crédit Agricole.

Bonjour Béatrice, peux-tu nous décrire ton parcours ?

J’ai à la base une formation universitaire qui devait me mener à devenir professeur de dessin. J’ai rapidement compris que je n’avais pas beaucoup de talent pour l’enseignement et me suis donc réorientée vers les arts appliqués et la PAO en particulier.
Ma découverte du SEO remonte à 2002/2003. Afin de me former à la conception de sites web, je réalisais bénévolement le site d’une association de protection animale et de fil en aiguille, je me suis intéressée aux problématiques d’acquisition de trafic.
Sans trop m’expliquer pourquoi, le SEO n’ayant rien d’une discipline artistique, je me suis passionnée pour le sujet et j’ai collaboré à de nombreux projets toujours de façon extra professionnelle.
Ce n’est qu’en 2009 que j’ai sauté le pas d’en faire mon métier et je suis devenue SEO inhouse dans le secteur bancaire.

Quelles sont tes missions au sein de Crédit Agricole ?

Je pilote l’acquisition de trafic sur les moteurs de recherche (SEO et SEA) pour les sites nationaux et régionaux du groupe. J’anime aussi la ligne métier web en organisant régulièrement des formations et des conférences sur le sujet du search.

Quelle est ta journée type s’il y en a une ?

Le groupe auquel j’appartiens est tellement vaste que je n’ai pas vraiment de journée type. Mon champ d’intervention varie selon les projets sur lesquels je suis amenée à collaborer. Je peux autant tenir un rôle très opérationnel et piloter le SEO d’un site de A à Z ou seulement jouer le rôle de consultante de façon ponctuelle. Je jette quand même un oeil quotidiennement aux chiffres et j’effectue une veille quotidienne sur les sites de référence US (cela à remplacé mes livres de chevets).

Tu travailles dans un contexte national et régional à la fois, ça facilite ou complique t’il ton métier ?

Je répondrais les deux mon capitaine. Travailler sur un réseau de sites présente un avantage non négligeable en particulier pour le linking. En revanche, c’est aussi compliqué de gérer la mise en oeuvre et la pérennité des optimisations SEO car tu as autant d’équipes web que de sites à gérer et que tout met beaucoup de temps à aboutir.

Tu externalises une partie de ton SEO, en quoi cela t’a semblé plus efficace que de tout internaliser ?

Lorsque tu es au coeur du réacteur, tu as parfois du mal à ne pas trop intégrer les contraintes diverses et variées de tous les intervenants d’un projet. L’apport extérieur permet donc d’avoir une analyse et une vision plus objective et aide à prioriser les batailles internes à mener. En plus, l’expérience variée des consultants d’agence est également une très bonne source de nouvelles idées et de remises en question.

Tes pratiques SEO ont-elles évolué depuis Panda et Pingouin ?

Panda a facilité mes démarches pour convaincre de produire des contenus originaux et avoir moins souvent recours à la syndication.
Quant à Pengouin, il m’a amené à m’intéresser de plus près à notre linking. J’avoue qu’avant, je ne faisais pas du tout attention aux liens qui pointaient vers nous, sachant que nous ne faisons pas de campagne d’acquisition de liens uniquement pour le SEO. Aujourd’hui, c’est un paramètre en plus sur la liste de tous les facteurs à surveiller.

Quelle est selon toi le talent indispensable à un SEO inhouse ?

Un bon SEO inhouse doit savoir communiquer face à des profils très variés : décisionnaire, producteur de contenus, technique,…
Il doit donc adapter l’information au public auquel il s’adresse au risque de ne convaincre personne en délivrant un message unique.

Comment gères-tu les problématiques de contenus pour tes différents sites ?

Produire du contenu dans la thématique bancaire est un vrai casse-tête. D’abord, les recherches se concentrent sur une petite poignée de produits (moins de 10) et n’évolue quasiment pas. Le champ sémantique étant restreint, il n’est pas possible de travailler sur le volume de contenu ni de le renouveler autant qu’on le souhaiterait en tant que SEO. A cela vient s’ajouter une réglementation forte et des validations juridiques en conséquence, qui font que la moindre optimisation de texte prend souvent des mois.
Pour le contenu dupliqué, nous le gérons, quand c’est possible, par le canonical.
Heureusement, le handicap concernant la production de contenu est largement compensé par une notoriété importante.

Quels sont les plus grands défis auxquels tu aies été confronté ?

En ce moment, une réflexion est menée sur le modèle internet du futur pour le Crédit Agricole et le SEO jouera un grand rôle dans les décisions à venir.
Faire comprendre le search marketing ou plutôt ses enjeux à des directeurs bancaires qui n’ont pas toujours une grande culture web est probablement le défi le plus complexe mais celui qui donne le plus de satisfaction lorsqu’on y arrive.

Une anecdote à raconter ayant trait au SEO ?

Découvrir lors de la première itération de Panda pendant mes vacances au mois d’août, une chute de 60 % du trafic moteur et appeler ma responsable au bord de la syncope pour lui annoncer. Au final, c’était simplement quelqu’un qui avait créé un segment pour la notoriété dans notre outil de stats mais sur le coup, je n’en menais pas large.

Retrouvez Béatrice Payonne sur le net

Twitter : @baxxx

Pour aller plus loin

A lire aussi