6 priorités SEO pour 2017

De gros challenges nous attendent en 2017 pour conserver de bonnes audiences moteurs

Publié le 13/01/2017 à 11:51 par - Mis à jour le 13/01/2017 à 11:52

 

Le SEO change. Si les bases restent inchangées depuis que j’ai commencé (1999, bien avant Google…) le métier s’est complexifié et spécialisé. Chaque année il faut se mettre à jour et étendre le champ de ses compétences. Voici les 5 axes qui me semblent majeurs pour cette année 2017.

 

HTTPS

Pour Google, le passage des sites web dans leur entier en https (et pas seulement le panier d’achat des sites e-commerce) est une priorité déjà depuis longtemps et le meilleur moyen pour que cela devienne une réalité et d’en faire un critère de classement, ce qu’ils ont annoncé dès aout 2014. Cela a été réaffirmé par Google France en mai 2015, puis à de nombreuses reprises depuis. La « période de prévenance » s’est s’achevée et l’on peut dire que depuis le 1er semestre 2016, il est un critère de classement qui ne fait que se renforcer au fur et à mesure des mois. Le nombre de pages https affichées sur la 1ère page de résultat en témoigne : selon Moz, 33% des urls en première page aux Etats Unis en Juin 2016 étaient des pages https.

 

Google avait déjà communiqué dès 2015 sur le fait que le https avait également un impact sur la visibilité sur Google News. Stacie Chan, en charge de Google News chez Google à Mountain View avait ainsi affirmé que : « The Google News Bot prefers HTTPS. So if we find your HTTPS content, that’s what we will actually going to index. So there is no need to submit two of everything anymore. I would just start investing in HTTPS content because it is more secure. » Au vu de la complexité pour un site média à passer à https, il n’a jamais été possible de vérifier cet état de fait, du moins en France.

D’ici quelques semaines (jours), le navigateur Chrome va afficher une alerte de « site non sécurisé » pour tous les sites qui ne seront pas https sur toute page contenant un objet de formulaire (comme un champ moteur de recherche ou inscription newsletter).

 

Il devient donc assez urgent de migrer, mais une migration https c’est assez lourd. En effet, passer à https correspond à un déménagement de site où toutes les urls changent. On perd également au passage 100% des signaux sociaux associés. Cela se prépare soigneusement, sur le plan technique comme sur le plan SEO, sous peine de perdre une bonne partie de votre audience moteurs dans la bataille.

 

Les micro data

Les microformats ont déjà un impact non négligeable en SEO. Il y a fort à parier qu’elles deviennent encore plus importantes dans l’optimisation SEO en 2017. De manière globale, la meta donnée est le futur du SEO. Avec l’abandon des adwords en colonne droite dans les SERP’s, on pourrait assister à plus d’infos sémantiques diffusées dans cette colonne.

Par ailleurs, les microformats sont de plus en plus utilisés dans d’autres produits Google : AMP, quick answers, etc., ce qui rend leur implémentation un indispensable de la « trousse à outils » du référenceur. L’objectif est autant d’améliorer la compréhension sémantique du site par Google que d’améliorer le taux de clic sur vos liens depuis les pages de résultat ou que d’enrichir et d’améliorer votre positionnement dans les produits Google autres que le Search classique.

Le balisage micro data, pour peu qu’il soit réalisé en json permettra en outre de déclencher un affichage de type « card » très visuel et en haut de page sur mobile le jour où Google les déclenchera sur d’autres types de contenu que les films et les recettes de cuisine, ce qui ne devrait pas beaucoup tarder (courant 2017).

 

Architecture de l’information et SEO technique

On disait beaucoup ces 5 dernières années que la technique ne rentrait que pour 30% dans le succès SEO d’un site (le reste étant le contenu et les liens, à parts égales). De mon côté, j’ai toujours considéré que l’architecture de l’information comptait au moins pour 50% du résultat. Et il semble aujourd’hui que le SEO technique soit de nouveau « à la mode » : AMP, https, optimisation de la webperf, crawl du Javascript, index mobile et responsive design, on ne peut pas nier que les chantiers très techniques auxquels se heurtent les SEO sont de plus en plus trapus et nécessitent de réelles compétences en développement aujourd’hui.

Par ailleurs j’ai toujours considéré et milité pour un travail de fond sur l’architecture de l’information et l’architecture url en général. Il semble que le temps m’ait donné raison. Pour moi 2017 est l’année ou jamais pour travailler en profondeur la structure de son site, tant en terme de navigation verticale (menu de navigation) , que de maillage horizontale (rebonds, liens contextuels) ou que d’anti duplicate et de profondeur du contenu en terme de nombre de clics depuis la home.

C’est un travail de fond, relativement ingrat mais qui porte très clairement ses fruits sur la durée.

 

AMP et Index mobile

Google a lancé en novembre 2015 sa nouvelle fonctionnalité d’affichage instantané sur mobile via des contenus hébergés dans un CDN Google. Le principal intérêt est d’apparaitre dans un carrousel avec image en haut de 1ère page. C’est à dire au dessus des résultats naturels classiques, dans une sorte de position #0, mais sur mobile uniquement.

Les autres avantages sont un chargement sur mobile totalement immédiat (largement moins d’une seconde, même avec un débit pas exceptionnel), quelque soit le pays de connexion.

 

Ebay a été le 1er site marchand à tester AMP en juin 2016 et le rendu est assez bluffant. Il y aura, comme toujours avec Google, une prime aux 1ers entrants. Il est donc important de vous y mettre dans les 1ers de votre secteur, pour disposer d’un avantage concurrentiel.

La grande majorité des sites media en France ont déjà adopté AMP qui représente déjà une part très importante du trafic sur mobile. En 2017, la question ne se pose plus. Il faut y être.

 

La recherche vocale

Selon Rand Fishkin de Moz, 25% de la recherche sera vocale aux USA en 2017. En France, cela sera beaucoup moins. Du reste, point de Google Home disponible dans le pays de Molière. Il faudra je pense attendre plusieurs années avant que Siri, Cortana ou Allo soient utilisés de manière large. Ceci étant, la « vocalisation » de la recherche me semble inéluctable. Et elle va entrainer une modification profonde de la manière dont on recherche : langage naturel, prise en compte du contexte, requêtes plus longues, mais également machine learning pour « apprendre » des besoins spécifiques de chaque utilisateur.

Cela risque de fortement changer les stratégies mots clés et champ sémantique, et il faudra du temps pour s’adapter, donc même si la révolution n’est pas pour 2017, elle sera certainement pour avant 2020 et il faut commencer dès maintenant à travailler le sujet pour être prêt le moment venu.

 

 

Google Search n’est pas (de loin) le seul moteur sur lequel focaliser son SEO

Oui, il n’y a pas que Google Search dans la vie. Pour les apps, les moteurs de recherche internes de l’App Store et du Google Play Store sont cruciaux, et leur algorithme est différent. Pour les biens culturels et de consommation, Amazon devient chaque jour un peu plus incontournable (52% des recherches de produits en moyenne selon une étude américaine). Il y a bien d’autres moteurs encore sur lesquels on peut avoir besoin de se positionner, comme celui du store de stickers Messenger si on est une marque vendue en distribution par exemple.

Il faut donc élargir potentiellement son scope d’optimisation selon les objectifs qu’il faut atteindre : où sont mes utilisateurs cible ? Avec quel moteur vais-je arriver à les atteindre ? Quelle stratégie adopter pour m’y positionner ?

 

2017, encore une passionnante année numérique

2017 va être encore une année enrichissante pour les marketeurs du digital. Les basiques ne changent pas, mais il faudra innover. Au delà, une stratégie à 3 ans et une roadmap claire sont devenus totalement indispensables pour relever les challenges qui nous attendent. Belle année 2017 à tous.

Partager sur les réseaux

 

2 Commentaire (s)

Samuel Hounkpe

Salut Largo,
Il est dit dans l’article que 52% des utilisateurs voulant acheter un produit passent par Amazon mais c’est aux states si je ne me trompe pas, connais tu les chiffres pour la France? Et question subsidiaire connais tu un moyen de voir les volumes de recherches tapées sur Amazon? Je prendrai un café en lisant ta réponse. =)

    Virginie Clève

    Oui, effectivement ce sont des chiffres US. Pas de chiffres Amazon FR dispo à ma connaissance, un peu comme pour tous les GAFA…