SEO Google News : une compétence rare qui se monnaie cher

Comment ranker sur Google News et qui recruter pour s’en occuper ?

Publié le 25/03/2010 à 19:18 par - Mis à jour le 20/09/2016 à 14:42

 

Aujourd’hui les carrefours d’actualité comme Google News sont devenus incontournables pour les sites média. Et même si les éditeurs clament haut et fort aujourd’hui que Google leur vole une part de leurs revenus publicitaires, force est de constater que tous les sites média se battent pour cette manne de trafic obtenu gratuitement. Mais tous ne réussissent pas à s’y hisser en bonne place, loin s’en faut.

 

Un algorithme différent de celui de Google Search

Les méthodes pour être bien classé dans Google Actualités sont assez différentes de celles de Google Search, aussi un site bien référencé ne remontera pas forcément bien dans Google News. Le portail fait la part belle aux sources officielles (dans lesquelles il établit très clairement une hiérarchie en fonction de la confiance qu’il leur accorde), il est donc très difficile à un site peu connu – même de très bonne qualité – de remonter.
Le linking semble (pour une fois !) avoir une importance très faible par rapport au titre de l’article et de la page. Mais ce qui fait la différence c’est souvent la quantité d’articles produits par jour. Il faut produire beaucoup et de manière régulière et étalée tout au long de la journée. Évidemment, pour pimenter un peu l’affaire, la quantité et la fréquence sont fonction de la thématique, de la concurrence et de l’actualité… Il n’y a donc pas de règle générale et le seul moyen de trouver le bon dosage est de tester, tester, et tester encore.

 

Des contraintes techniques importantes

Les guidelines techniques de Google Actualités sont très contraignantes. Je n’y reviendrai pas ici car le sujet mériterai un post à lui seul. A ce sujet vous pouvez vous référer à l’article publié dans la lettre pro d’octobre 2009 d’Abondance.com ou cette vidéo officielle de Google.

 

Si ces contraintes ne sont pas prises en compte à la création du site, cela peut coûter très cher… D’autant plus que les articles ne seront pas indexés si certaines des principales guidelines ne sont pas remplies…

 

Une pénurie de compétences

Positionner son site dans Google Actualités, c’est un défi de tous les jours : l’algorithme change et n’est pas exempt de bugs qu’il faut contourner (ne comptez pas trop sur la hotline pour éditeurs pour cela :-(), et la concurrence est de plus en plus féroce car chaque jour de nouveaux sites renforcent les rangs des sources disponibles. Le gâteau tend donc à se rétrécir inexorablement. D’autant plus que certains réglages manuels probables de la part de Google faussent aussi un peu le jeu…
Plus que pour toute autre branche du SEO, c’est une compétence que l’on n’acquiert que de manière empirique et en y consacrant beaucoup de temps : sans expérimentation en live sur un site suffisamment gros, point de salut.
Ceux qui savent ont mis des mois à maitriser les différents leviers et n’ont pas forcément envie de partager leurs trouvailles, il ne faut donc pas compter sur les articles disponibles en ligne pour se former. Pas vraiment plus sur les blogs US.

Trouver un référenceur capable de propulser durablement un site en home de Google Actualités est donc quasi mission impossible. Cette compétence est à mon avis presque impossible à obtenir lorsque l’on est consultant en agence du fait des barrière prestataire/client et lorsque l’on sait que 80% environ des référenceurs travaillent en agence, on peut déduire qu’il ne s’agit que d’une dizaine ou d’une vingtaine de personnes à Paris et peut être une cinquantaine en France au maximum.

Mais s’il ne s’agissait que des compétences SEO… les rédacteurs ont un énorme rôle à jouer car bien se classer dans Google News, une fois l’optimisation technique validée, c’est avant tout une question de contenu. Et là encore, il faut plusieurs mois à un rédacteur motivé pour arriver à faire baisser son taux de refus et trouver le bon mix pour remonter haut dans les classements.
Cela explique que beaucoup de sites médias / presse parmi les plus connus peinent encore à émerger, voire n’émergent pas du tout : il ne suffit pas d’avoir un excellent référenceur à sa disposition, il faut avoir un spécialiste de Google Actualités.

 

Google News : un trafic gratuit mais qui coûte très cher !

Vous voulez du trafic gratuit via Google Actualités ? Préparez-vous à sortir votre carnet de chèque ! Le référenceur qui vous apportera les connaissances nécessaires connait la rareté de sa compétence et ne se vendra pas pour rien. Et le temps qu’il faudra passer en spécifications, développement et formation des rédacteurs de contenu sera lui aussi loin d’être bon marché…

Alors avant de vous lancer dans un projet d’optimisation pour Google Actualités, calculez bien le ROI à en attendre. Dans certains cas cela sera très rentable, dans d’autres, pas du tout.

Partager sur les réseaux

 

12 Commentaire (s)

Jilian

Et une structure pour le site, ainsi que des journalistes disciplinés qui ne jouent pas les divas concernant les fréquences de publication et les retouches nécessaires à l’optimisation (j’ai bossé en presse, comme Webmaster, même si je suis initialement SEO…)

    Virginie Clève

    On peut arriver à faire du SEO avec les journalistes. Tout est une question de dialogue. Il faut commencer par comprendre leur métier avant de vouloir imposer des règles. Correction : il ne faut pas imposer de règles. Et quand le trafic est au rendez-vous, tout devient plus facile, parce que, ce qu’un journaliste veut avant tout, c’est que son papier soir lu.
    J’ai prévu de faire un article sur le sujet…

Jilian

Oui, en effet. Tout est question de dialogue. Mais comme partout, on peut être confronté à des personnalités particulières qui refuse quelque peu le dialogue. L’un des problèmes que j’ai eu lors de ce travail fut d’être confronté à des gens qui voulaient juste qu’une fois le papier en ligne il réalise 10.000 visites d’un coup. Toutefois, les internautes deviennent plus exigent. Et cela, il est difficile de le faire comprendre.

Blog SEO - Patrice

Google News… sacré sujet ! Des pics des 5000-10000 VU rien que pour un passage sur la home de ce service. De quoi donner des inspirations à beaucoup de référenceurs. Mais malgré tout il y a le coté obscur de Google Actualités : sélection arbitraire des sources qui méritent l’autorité pour des home apparitions en home régulières, privilèges aux contenus chauds et donc une actualité pas forcément spécialisée…

    Virginie Clève

    @Patrice : pas d’accord sur la sélection arbitraire. Lorsque l’optimisation est bonne et que le moment de publication est bien choisi le trafic est là. C’est comme en SEO, mais avec des règles différentes.
    D’accord en revanche sur la standardisation des sujets. Le sujet de niche a peu de chance de remonter, c’est tout à fait vrai.

Blackat

Virginie (lagow) pouvons nous parler de 3 formes de référencement naturel :

– resultat organique.
– resultat dans les infos.
– resultat dans la « géo localisation ».

es ce bien cela ?

es ce que l’on peu encore aller plus loin, en pensant qu’une spécialisation sera « obligatoire » dans le futur ?

    Virginie Clève

    @Blackat : il y a aussi le référencement images, vidéos, le temps réel type Twitter, les autres médias sociaux, dont Facebook est le plus fort représentant. Il y a également tout ce qui touche à l’e-reputation, c’est à dire au nom propre et au nom de marque.
    On assiste donc à un référencement qui se scinde en différentes branches et se spécialise. Ces sont ces compétences spécifiques qui feront grimper les salaires et qui seront recherchées par les recruteurs demain.
    Finalement, la frontière entre SEO et Webmarketing devient de plus en plus mince. Il me semble qu’il est plus facile quand on est référenceur de se mettre à l’affiliation, à l’emailing etc qu’à un webmarketeur de se mettre au SEO…

Blackat

@Largow :

J’ai peu être posté un peu vite dans mon précédent billet.

Un référenceur peu « vraiment » se spécialisé dans une branche comme « le référencement des images » ? Cela me semble trop restrictif.

Ok, donc un référenceur se doit de se spécialiser dans une ou plusieurs branches ?

Je suis actuellement dans ce cas là. Je voudrais me spécialiser ou me diversifier, je sais qu’il faut passer par là pour progresser.
Je pensais à d’autres possibilité : un référenceur / ergonome, un référenceur/chef de projet … enfin beaucoup de déclinaison …

Au premier abord, ayant tellement peu l’habitude des gens faisant la différence entre les différents types de référencement, je n’osais imaginer que les recruteurs comprennent les subtilités des différences. Généralement (pour ceux à qui j’ai eu affaire) ils ne différencient même pas le référencement payant et le référencement naturel. Alors les détails plus profonds sont surement encore plus obscurs.

Merci de m’avoir rassuré sur ce point là, et m’avoir ouvert des possibilités.

    Virginie Clève

    @Blackat : il ffaut distinguer les PME qui ont besoin d’un profil polyvalent non expert en Social Media et recherche universelle qui, effectivement mélange parfois un peu tout (à ce titre, parler de référencement payant pour le SEM qui est quand même de la pub à la performance me hérisse toujours …) et les entreprises pure player ou les grands comptes qui ont un business stratégique sur le web.
    Ce n’est que ce second type d’entreprise qui embauchera un référenceur spécialisé (et qui en aura les moyens, aussi…).
    Pour Google News, il n’y a que les sites de contenu (média) que cela intéressera.

LaurentB

J’étais à New York de 2008 à 2009, bien sûr que Twitter & Co. avaient le vent en poupe, mais le véritable challenge se portait sur le VSO (Vidéo Search Optimization).
On est encore en train de balbutier à ce niveau en France.
Tout ça pour dire que la frontière ne devient pas de plus en plus fine. C’est au départ un métier qui exige de voir les choses sur le plan global.
Je préfère largement parler de visibilité, plutôt que strictement de référencement. Ce dernier terme est franchement réducteur.

Nicolas, E-seo

Un petit coucou Virginie…

Mon site a enfin été accepté dans les GG news (merci !), et son indexation est vraiment bonne.

Je dois faire du 85% de taux d’acceptation, pourtant je ne suis pas un super rédacteur…

La thématique du site ne comporte fort heureusement pas encore 150 sources, mais ce que je constate est que les sites fortement trusté (en nat) ressorte beaucoup mieux en règle général…Pour ma part, mon premier article sur l’iPhone 5 que j’ai rédigé c’est vu propulsé au 1er rang pendant 12-13h…Ce qui m’a valut 4000 visites…

Donc, je me retrouve pas trop dans ton terme de difficulté, même si je pense en effet que dans un monde vraiment penché actu généraliste, ça doit grave se tirer la bourre…

    Virginie Clève

    @Nicolas : 85% c’est déjà un bon taux. Tu as bien de la chance si tout se passe bien. Mais attention, cela peut ne pas durer… En tout cas je suis contente que mes conseils t’aient été utiles.