Former les rédacteurs web aux bases du SEO

Comment former les journalistes et rédacteurs web au SEO

Publié le 27/04/2010 à 08:22 par - Mis à jour le 20/09/2016 à 14:51

 

Le référencement est un domaine qui reste pour le commun des mortels relativement compliqué, obscur, voire magique. Il faut donc démystifier le sujet : pas besoin d’être un expert pour comprendre comment cela fonctionne et en saisir les principales règles.

La première étape c’est donc la formation aux bases du référencement.

 

La formation SEO initiale

Plusieurs solutions s’offrent au référenceur selon le temps et les moyens dont il dispose :

– Mettre en place lui-même des sessions de formation interne
– Faire appel à un consultant externe (cela a parfois le mérite d’avoir plus d’impact : nul n’est prophète en son pays)
– Demander à son agence SEO ou à un institut de formation d’assurer une session

La durée peut varier d’une demi-journée à une journée. Au vu du nombre de concepts à « digérer », j’aurai plutôt tendance à conseiller une journée, de manière à laisser place à une partie pratique assez longue, du genre « SEO Clinique ».
Il sera toujours plus facile à un rédacteur de comprendre comment appliquer les conseils si ceux–ci ont fait l’objet de plusieurs exercices pratiques.

Inutile d’expliciter les concepts techniques qui sont à la fois anxiogènes et inutiles pour les journalistes (après tout, c’est au référenceur de gérer ces aspects…). Il sera beaucoup plus efficace d’angler la séance sur l’éditorial en tant que tel, une fois explicité le fonctionnement des moteurs de recherche et des bases du référencement.

 

La formation SEO continue

Ce serait se leurrer que de penser qu’une journée de formation suffira à établir les bons réflexes. Il faudra de nombreuses fois sur le métier remettre l’ouvrage.
Sans compter que dans toutes les équipes éditoriales web il y a un important turn over car il y a de nombreux stagiaires et CDD.

C’est la répétition des conseils qui permettra aux bonnes pratiques de devenir des réflexes, au bout d’un temps qui sera différent selon chaque personne.

De quoi parler lors de cette session ?

Comment rédiger un bon titre
Se mettre à la place de l’internaute pour écrire un titre qui correspondra à ce qu’il cherche sur un sujet donné et le poussera à cliquer.

Comment rédiger un bon chapô
Trouver la bonne longueur, ne pas oublier d’y insérer au moins un mot clé principal de l’article

Comment rédiger de bons intertitres
Créer des intertitres qui structurent le contenu, informatifs et permettant de scanner rapidement la page

Comment rendre le contenu efficace pour les moteurs
Si le sujet de l’article est porteur mais que les mots choisis pour le développer ne le sont pas, l’article ne sera pas positionné au bon endroit : il ne sera donc ni vu ni lu

Comment mettre en place un linking performant
Créer un nombre de liens internes au contenu éditorial en nombre suffisant et correctement formés.

En tout état de cause, une session de rappel tous les 3 mois est loin d’être inutile. C’est aussi l’occasion de présenter les nouveautés des moteurs qui ont un impact sur l’éditorial, par exemple une évolution de Google Actualités, une modification de l’algorithme des moteurs, etc.
C’est aussi l’occasion de faire quelques exercices pratiques avec les outils en ligne qui constituent la boite à outils SEO du journaliste web.

 

Mettre à disposition une documentation adaptée

La documentation sert de repère entre deux séances de formation et permet d’évangéliser aussi les nouveaux arrivants.
Elle doit être tournée vers l’opérationnel, attractive dans sa mise en page (ne pas hésiter à illustrer d’exemples et de visuels). A éviter à tout prix : la documentation rébarbative de 30 pages écrites en tous petits caractères…

Exemples de documentation à destination des rédacteurs :
– La check-list des leviers SEO éditoriaux
– Bien écrire pour Google Actualités (pour un site de news)
– Maitriser le duplicate content

 

La boite à outils référencement du journaliste web

Il existe quantité d’outils. Beaucoup sont des outils Google, pour les autres, chaque référenceur a ses préférences. Voici les miennes :

– Choisir le/les bons mots clés pour votre contenu : Google Keyword Selector Tool
– Les mots clés les plus recherchés par les internautes en ce moment secteur par secteur : Google Insights for Search
– Les mots clés les plus recherchés par les internautes en fonction du contenu préexistant d’un site donné Google SKTool
– Les recherches évènementielles : Google Trends

 

Quelques sources en ligne particulièrement adaptées aux journalistes web

Il existe quelques très bons articles à destination des rédacteurs web qui abordent le sujet avec pour chaque un angle intéressant :

Ecrire pour le web en 2010
Angle éditorial et référencement
Bien utiliser Google Insights for search
Top 60 des titres ou accroches qui attirent les visiteurs
L’importance du lien dans une stratégie de référencement
Comment rédiger des titres qui augmentent le trafic

Partager sur les réseaux

 

9 Commentaire (s)

Léo, Blog Référencement

Intéressant point de vue, il est clair que les journaliste sont une excellente cible pour les formation référencement, ils ont – normalement – déjà les qualités éditoriales requises.

Une journée est en effet un minimum, même si l’on ne couvre pas les aspects techniques du référencement.

ps. du texte souligné qui n’est pas du lien … rhôôô pas bien 😉

Blog SEO - Vince

5ème outil : faire de la veille concernant le référencement, qui sans cesse évolue !

    Virginie Clève

    @Vince : ça c’est le travail du référenceur, pas celui du journaliste ou du rédacteur de contenus… Le référenceur effectue la veille et en retransmet la substantifique moelle à chaque profil type.

Jilian

Oui, une sensibilisation est nécessaire. Même indispensable, sinon la collaboration n’a pas de sens. Toutefois, il est aussi important de souligner dans ces formations que si les règles essentielles au rédactionnel sur internet sont à transmettre, les journalistes ne seront pas pour autant des SEO. Idem, un SEO peut retirer beaucoup en travaillant au coté des journalistes, mais il ne sera jamais rédacteur lui même.

François

Pour avoir assuré des formations auprès de journalistes dans une grande radio française, je ne peux qu’être d’accord avec cet article… Mais j’ajouterai quand même un point crucial : « montrer que ça marche ! », et parfois, pourquoi ça ne marche pas…

En gros, prendre un article mal rédigé sur le site du client et lui démontrer que celui-ci ne remonte pas dans Google Actualité par exemple… et faire de même pour un article bien rédigé sur le même site ou chez un concurrent. C’est très parlant, et ça convainc immédiatement de l’intérêt du SEO.

    Virginie Clève

    @François : patience, ça arrive dans un prochain post du dossier !

Blog SEO - JB

Article très intéressant et effectivement le fait de former les journalistes (ou du moins les sensibiliser) serait une bonne chose, ça éviterait à certain chargés de référencement de s’arracher les cheveux.

On voit très bien sur de grands quotidiens online que les rédacteurs (qui sont au final les journalistes je pense) sont formés à l’écriture WEB avec l’écriture de la pyramide inversée (partir du précis pour aller au général) afin de garder le lecteur lors de la lecture. Partant de ce constat … pourquoi ne pas les former au SEO afin d’être dans une continuité ? faire une formation « pack SEO + rédaction WEB ».

Blog SEO - Palbertus

Merci Virginie pour ce guide très pédagogique, et c’est justement le mot concernant le SEO et le journalisme 😉
J’avais d’ailleurs moi-même écrit un guide du même genre pour la rédac Usine Nouvelle et LSA que tu pourras retrouver à l’adresse {http://www.patricealbertus.net/bonne-pratiques-redaction-web-et-seo}.
Résultat, ça mérite beaucoup de suivi mais ça marche !

Mohamed Semeunacte

Merci infiniment pour la boite à outils et surtout l’explication (même basique,je suis en train de lire la suite) que tu en fais.

Tu parles d’institut de formation en référencement, peux-tu donner une ou deux adresse que tu juges de bonnes qualités ?

Merci Virginie pour cet excellent dossier, je continue 🙂